Maroc : l'escalade liberticide - www.rezocitoyen.org

Accueil du site > Informations Générales > Maroc > Maroc : l’escalade liberticide

Maroc : l’escalade liberticide

, par Hayat Boustajeudi 5 juillet 2018

«  La liberté est un droit commun à tous les humains et son violeur est un criminel ! ». Abdelkrim Elkhattabi, figure historique du Rif au Maroc.

Depuis 2011 et l’ampleur du mouvement du 20 février, les manifestations non seulement contre la vie chère, les abus de pouvoir, l’injustice mais surtout pour la démocratie et le respect des libertés d’opinion se font entendre chaque année avec leur lot de répression.

Ceux qui pensaient que l’avènement de Mohamed VI améliorerait la situation d’une majorité de la population et mettrait fin aux années dites « de plomb » se rendent compte de l’escalade liberticide de ces dernières années qui s’est traduit par des arrestations massives, des pratiques de torture et un emprisonnement le 26 juin 2018 de 10 à 20 ans à l’encontre de militants du Hirak du Rif qui réclamaient pacifiquement plus de justice et le respect de la dignité. Ces verdicts, après un procès quasi interminable, ont eu lieu dans un contexte d’une campagne de boycott sans précédent que la population marocaine a menée contre différents lobbys (Centrale Danone, les carburants ainsi que l’eau minérale Sidi Ali…).

Ces condamnations sévères n’ont de précédent que celles que nous connaissions pendant le règne de Hassan II, en particulier avant les années 1990. C’est le retour à ces années que certains pensaient révolus . Mais, sans un Etat de droit, sans séparation des pouvoirs , en maintenant toutes les formes de corruption et de passe-droits, en s’appuyant sur un régime makhzanien autocratique malgré les faux semblants de « démocratisation et de consensus », il était entendu que la récidive des pratiques répressives sera un jour d’actualité.
C’est le consensus d’un pouvoir anti-démocratique et répressif contre la majorité de la population. Il utilise l’intimidation comme arme de persuasion en brimant ceux qui, dignement, aspirent à plus de justice.

Face à cette escalade liberticide, partis politiques (Parti d’Avant-garde Démocratique et Socialiste (PADS) Parti Socialiste Unifié (PSU), Annahj Addimocrati…), la Confédération Démocratique du Travail (CDT) l’Association Marocaine des Droits Humains (AMDH), Attac – Maroc ainsi que des associations éducatives et culturelles ont publié un communiqué le 27 juin 2018 de solidarité avec les militants du Hirak du Rif, condamnant les verdicts très lourds prononcés à leur encontre. A l’étranger en particulier en France et en Belgique, les démocrates marocains se mobilisent pour la libération des détenus politiques.

Toutes ces organisations appellent à une manifestation nationale ce 8 juillet 2018, à Casablanca, condamnant les lourdes peines d’emprisonnement.

La Fédération de la gauche marocaine, a lancé un appel pour la mise en place d’un Comité Nationale pour la Libération des détenus politiques du Hirak, regroupant toutes les composantes progressistes et démocratiques.

C’est aussi un climat de contestation et de révolte contre une politique d’enrichissement d’une petite minorité ; c’est l’expression de l’injustice face à une fracture sociale très profonde.

"Tant qu’il n’y aura pas d’égalité économique et sociale, l’égalité politique sera un mensonge". Mikhael Bakounine.

ajouter un commentaire


Pour signaler un dysfonctionnement technique ou un contenu qui n’est pas à jour cliquez ICI

Site optimisé pour Mozilla/Firefox. Nous recommandons à nos lecteurs d'utiliser le navigateur Mozilla-Firefox afin de protéger leur vie privée.
Vous disposez d'un droit de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art 34 de la loi "Informatique et Libertés "). Pour l'exercer,adressez vous à l'association Rézo Citoyen, Maison des Associations, 21, allée Baco, 44000 Nantes: Contacter Rézo Citoyen
|Signaler un contenu illicite |Suivre la vie du site RSS 2.0 | Accueil du site | Qui sommes nous | Espace privé | SPIP | Rézo Citoyen soutien la Coop Ouvaton